Le mot du Maire – Mai 2014

  • Pour ce premier numéro d’ « Info Velanne » depuis les élections municipales je voudrais tout d’abord remercier toutes les électrices et électeurs qui nous ont confié la gestion de notre belle commune de Velanne pour les années 2014-2020.
  • Remercier aussi les élus du précédent conseil municipal pour leur travail et leur disponibilité au service de la population. Être élu c’est changer sa propre vie pour essayer de changer celle des autres. C’est un engagement dans la durée qui n’est pas sans conséquences sur tous les équilibres, qu’ils soient d’ordre personnel, familial ou professionnel. Mais c’est aussi s’ouvrir à d’autres dimensions et regarder le monde autrement. Un élu c’est un artisan sociologue qui doit apprendre à construire au sein des autres, en composant avec les contraintes et paramètres du moment, autant de données fluctuantes au cours du temps et au gré des volontés politiques supérieures.
  • L’actuelle équipe municipale est prête à relever ce défi des projets à réaliser pour notre commune et pour le pays voironnais. Elle est prête à travailler pour vous tous, elle a fait ce choix, mais elle compte également sur votre soutien et votre collaboration pour que collectivement nous construisions le cadre de vie de notre village.
  • Le PLU est opérationnel et c’est bien ce document, dont vous avez la teneur, qui donne les grandes orientations pour Velanne, et notamment le renforcement de notre bourg : aménagement de sa traversée (sécurisation et embellissement), aménagement de la nouvelle zone constructible, construction sous maîtrise d’ouvrage d’un opérateur social de 6 logements sociaux en face de l’école et construction d’un bâtiment polyvalent à l’école, permettant l’accueil des tout-petits dans l’éventualité d’une seconde classe de maternelle à la rentrée 2015.
  • Le mandat dure six ans et l’on pourrait penser que tous ces projets seront réalisés pendant ces six années. C’est notre espérance bien sûr, mais cette espérance se heurte aux réalités de l’action publique. Réaliser un projet est souvent très long et le financer est de plus en plus difficile. Notre lisibilité financière est faible car nos moyens dépendent beaucoup de nos recettes et que celles-ci diminuent d’année en année. Il faudra donc tenir un cap qui est celui décrit dans le PLU, mais notre vitesse de croisière devra s’adapter aux contingences du moment.
    C’est cet équilibre que nous devrons rechercher, année après année, tout au long du mandat.

Denis MOLLIERE

Le mot du Maire- Juillet 2014

  • Il arrive que l’action publique ne se déroule pas au rythme souhaité et qu’il faille donc renoncer à tenir un calendrier de réalisation. Pour des raisons d’exercice du droit des tiers contre le permis de construire obtenu début juin, et surtout pour tenir compte de la faible probabilité d’achèvement des travaux début septembre 2015, je regrette de devoir vous informer que notre projet d’ouverture d’une deuxième classe à l’école est décalé à septembre 2016. Cette ouverture est en effet conditionnée à la construction de notre bâtiment polyvalent et c’est cette construction qui ne pourra raisonnablement être achevée en moins de quatorze mois si l’on additionne la durée d’appel d’offres à celle des travaux. Le pragmatisme s’impose mais nous pouvons considérer ce décalage comme une opportunité de réaliser notre projet à un meilleur coût et d’une fonctionnalité accrue. J’ajoute que Monique Lesko, directrice académique des services de l’Education Nationale de l’Isère, part à la retraite avant la fin de l’année et que nous ne savons donc pas ce que sera le positionnement politique de son successeur sur notre demande d’ouverture d’une deuxième classe. Je rappelle que Madame Lesko avait conditionné cette ouverture à l’accueil de nos enfants de maternelle et nous avons besoin de connaitre les éventuelles nouvelles conditions de cette ouverture.
  • En ce qui concerne l’autre grand projet du moment, à savoir la construction des logements sociaux en face de l’école, je voudrais apporter un éclairage à ceux qui pourraient craindre cette construction. Aujourd’hui environ 70% de la population française est éligible au logement social (c’est-à-dire qu’elle y a accès) et ce mot de social est donc à considérer avec toute la sagesse qui s’impose. Beaucoup d’entre nous pourraient accéder au logement social. C’est le cas de nos jeunes qui souhaitent décohabiter, c’est-à-dire rester velannois tout en quittant le domicile parental, et c’est aussi le cas des personnes âgées qui peuvent, pour vouloir rester sur leur commune, habiter un logement plus adapté à leur perte de mobilité. Vous l’aurez compris, vouloir construire six logements sociaux à Velanne n’est donc pas synonyme d’accueil d’une population urbaine en grande fragilité économique.
  • Plus largement, se pose la question de l’intégration de la nouvelle population dans le mode de vie communal. Aujourd’hui, la très grande majorité des velannois travaille en dehors de la commune et les contraintes de transport rendent les journées bien longues. Il reste peu de temps pour faire société, pour rendre visite aux voisins, pour participer aux associations locales, pour vivre ensemble. Il est malgré tout de la responsabilité de chacun d’entre nous de rester attentifs aux autres pour tenter de construire ensemble une véritable vie communale. Nous voulons un territoire agréable, entretenu à la fois par la municipalité et par chaque habitant, un territoire vivable, ce qui demande à chacun de tenir compte des autres, et un territoire dynamique, ce qui nécessite la mise en œuvre de toutes les bonnes volontés, qu’elles soient associatives, individuelles ou municipales. Ces volontés ne peuvent se limiter à des désirs et sans énergie commune nous ne construirons pas ce territoire dont nous avons besoin pour être bien.
    Je vous souhaite un bel été

Denis Mollière